Cendres de Soleils, 2021

 

 

Cendres de Soleils, „Breeze & Storm“, vue d’exposition, Subtei, 2021 -Installation de tiges brûlées, coupées en leur milieu et suspendues, cendres, fil polyamide, dimensions variables, ici 350*300*50 cm

Ce travail appartient à un cycle d’installations, photographies, (vidéos, autres médias…) en rapport avec les quatre éléments – Air, Eau, Feu, Terre – thématisant la relation de l’être humain à la destruction de la nature. Le rapport cyclique au temps, l’ambivalence des forces de la nature, entre disparition et survie, sont des axes de recherche.

La moelle végétale est un tissu à l’intérieur des tiges composé de cellules vivantes permettant la circulation des éléments vitaux essentiels pour la photosynthèse. Dans certaines plantes, comme le tournesol, cette substance se dessèche en croissant et laisse place à une cavité vide à l’intérieur de la plante.

L’installation est composée de tiges coupées en deux selon la longueur et brûlées. La coupe laisse apparaitre ce vide, ce reste d’une essence.

La forme et la hauteur des plantes traduisent la potentialité de croissance des plantes à se développer même dans des conditions inappropriées. Une tige sans racines est suspendue, trois tiges avec racines sont posées contre le mur.

Les tiges brulées se réfèrent d’une part à ce statut des fleurs après leur utilisation (* Les restes de fleurs de tournesol sont brûlés). D’autre part, l’installation et l’utilisation du feu comme symbole de la destruction se réfèrent au dessèchement actuel du sol et au réchauffement climatique.

 

 

 

» Works